Papiers de Chine

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 10 janvier 2008

Trois grosse semaines de voyage en Chine

Voila, mon semestre d'étude à Shanghai s'est terminé il y a déjà plusieurs jours. A la fin du mois, mes colocs et moi rendons l'appartement à Shanghai. Julie rentre en France, comme la majorité des autre Nantais venus étudier en Chine (bon retour Julie, et profite bien de tout ce qui t'attend la-bas! Et bon retour à tous les autres aussi!), et Steven part à Hangzhou quelques mois pour parfaire son Chinois.

cartevoyageparents2

Et moi? Pour l'instant, je reste en Chine. Au programme maintenant? Une semaine tranquille avec Mo pour commencer, et à partir du 19, mes parents débarquent à Shanghai. Peu après, Mo et ses parents arrivent. Suivront trois semaines de visites en Chine, qui s'annoncent un tantinet Rock'n'Roll. Notre voyage tombe en plein milieu d'une des "Golden week" chinoise, une période de vacances ou tout les chinois rentrent voir leur famille. Ça risque d'être très drôle d'acheter les billets de train...
Visites prévues? Plusieurs jours à Shanghai et dans les alentours (Suzhou et ses jardins...), puis Hangzhou (voir ces posts), Huangshan (les montagnes jaunes, paysage magnifique), Guilin (pareil, paysage magnifique), Xi'an (la fabuleuse armée de terre cuite), Pingyao (ville médiévale conservée, proche de Taiyuan sur la carte) et enfin, Beijing (Pékin pour les Français).

Je devrai reposer mes valises aux alentours du 15 février. Du coup, d'ici la, peux de chances que ce blog soit mis à jour. Désolé pour les légions de salariés qui vont être obligé de bosser plutôt que de suivre mes aventures...

Et après ça? Probablement de nouvelles aventures. Mais je vous en parlerais quand tout sera confirmé...

En attendant, inutile de me chercher sur Facebook ou MSN, jusqu'au 15 Février minimum, je n'y serai pas. Je consulterai peut-être, très épisodiquement, ma boite Gmail, mais pas la Hotmail. Ne vous inquiétez donc pas si vous n'avez pas de nouvelles de moi, et si vous devez vraiment m'envoyer des mails, merci de n'utiliser que la boite Gmail. Et revenez voir ce blog quelques jours après le 15 février!

jeudi 27 décembre 2007

Copains de trains

Petit post pour parler des mes copains de trains. Des gens que je rencontre dans les longs trajets des trains chinois, et avec qui je sympathise pour quelques heures. En général, il me suffit de sortir mes livres de cours et de me mettre à travailler mon chinois, et j'attire l'attention de mes compagnons de route, qui du coup essayent de me parler en Chinois.

Les étudiants, surtout. Comme ils ont très souvent anglophones, ils adorent discuter avec des étrangers. J'en ai rencontré plusieurs au cours de voyages, tous très gentil. Des gens plus âgés, aussi, mais souvent, la conversation tourne souvent un peu court, vu que l'on ne peux parler que chinois. Mais je me souviens de ce grand-père qui m'expliquait que son petit-fils parlais quatre langues, dont le français, ou de cet employé de banque qui m'a fait réviser mes cours.

Parfois, il y a aussi d'autres étrangers dans le train. L'autre jour, c'était un jeune étudiant en photographie à Lyon, originaire d'Equateur, qui a profité du trajet pour planifier une séance photo avec des top-models chinoises qui voyageaient dans le même wagon. Juste avant Noël, un couple en vacances en Chine pour plusieurs semaines: petite quarantaine, lui allemand, elle marocaine, parlant espagnol entre eux parce que c'était la langue qu'il dominait le plus quand il se sont rencontré, mais tous les deux trilingues, voir quadrilingues... On a parlé espagnol pendant tout le trajet. Ils montaient sur Pékin ou ils avaient réservé un resto pour passer Noël et la fête de l'Aïd en même temps (les deux fêtes étaient exactement à la même date cette année). Dans tout les cas, des rencontres très sympas, et de très bons moments.

vendredi 26 octobre 2007

12 heures de train de nuit sans couchette

Bon, comme je ne récupère les photos et vidéos de Beijing que ce week-end, Zou, on saute quelques jours de vacances, et on arrive directement au retour à Shanghai. Oui, c'est bien plus marrant de raconter les choses dans le désordre.

Donc, fin des vacances, retour en train de Beijing à Shanghai. Manque de pot, plus de place en train-couchette, je me retrouve dans un compartiment siège, coincé sur le siège du milieu d’une banquette de trois personnes, avec trois autres personnes en face. Et la, en pensant que j’en ai pour 12 heures comme ça, je regrette vraiment de ne pas avoir pris d’appareil photo ou de camera pour immortaliser ce moment.

Du coup, fermez les yeux et imaginez.

Non, bon, rouvrez les yeux et continuez à lire, sinon ça marche pas. Mais imaginez.

12 heures de train de nuit, dans un wagon bondé de chinois, avec des personnes partout dans les allées (il vendent des billets « debout », aussi). Départ à 20h20, avec musique et lumières partout dans le wagon. Je lis mon Lonely Planet acheté à Beijing. Au bout d’une heure ou deux, la musique s’arrete et la lumière baisse. Moi, je continue à lire. Vers 23h, j’engage la conversation avec mes voisines, intriguées par mon bouquin. Vers 0h00, je suis en grande conversation avec un autre voisin, qui parle anglais et trois mots de français, à propos des divertissements français. A 1h00 du mat, j’ai échangé de place avec une autre fille pour essayer de jouer avec trois autres passagers à un jeu de carte auquel finalement je ne comprendrais pas grand-chose. A 2h00 du mat, tout le monde essai plus ou moins de dormir, la tête contre la vitre, sur la tablette du train, sur l’épaule ou sur les genoux du voisin. Les chinois ont l’habitude des longs trajets dans des trains bondés, et se servir comme oreiller d’un type qui quelques heures plus tôt était un parfait inconnu ne les dérange pas plus que ça. Moi, j’écoute de la musique sur le lecteur MP3 d’une chinoise qui m’a prété l’un de ses écouteurs, et je finis par comater aussi. Vers quatre heures du mat, j’échange de nouveau de place avec une fille histoire de lui laisser la tablette pour qu’elle pose sa tête, qu’elle se repose une heure ou deux. Une autre fille a fait pareil un peu avant, proposant sa place à une parfaite inconnue, en lui mettant en prime son manteau comme couverture. L’ambiance est douce, malgré le confort inexistant. Je m’installe par terre, les jambes sous les sièges, le dos sur un bagage qui n’est pas le mien, la tête sur un coin de siège. 6h00 du mat, réveil. Le soleil s’est levé, les passagers s’agitent un peu. On me repropose un siège, sur lequel je comate doucement pendant deux heures. 8h du mat, je relève la tête : ma voisine d’en face est en train d’avaler un plat de nouilles instantanées. J’ai l’esprit un peu trop embrumé pour discuter, que ce soit en anglais ou en chinois. 9h du mat, le train arrive à Shanghai.

Bilan : à cause de la distance, probablement, les voyages en trains s’avèrent beaucoup plus sympas en Chine qu’en France, pour qui parle un peu chinois. Ok, c’est bruyant, inconfortable et fatiguant, mais question relations humaines, c’est vraiment enrichissant.

page 2 de 2 -