Papiers de Chine

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 28 novembre 2007

De l'utilité de boire de la bière

pijiu3

Parlons un peu des cours, pour une fois. Je suis quand même censé être ici pour apprendre le chinois, entre autre. A l’institut, on a trois matinées de cour de chinois, en plus des cours généraux en anglais. Les méthodes d’apprentissage sont classiques : étude d’un texte, liste de vocabulaire et règles de grammaire en rapport avec le texte, et exercice pour appliquer ce que l’on vient d’apprendre. Et souvent, la prof nous demande de faire des exemples avec les nouveaux mots ou en utilisant les règles de grammaire, ou de faire des petits jeux de rôle à deux ou trois pour s’habituer à parler chinois.

pijiu1

C’est là que la bière intervient. Pour se forcer à parler le plus possible, avec Steven, on place « bière » dans le maximum de phrase possible. Au fur et à mesure des cours, la prof a donc eu droit à des phrases tels que :

  • «Certains jours je bois de la bière Qingdao, certains jours je bois de la bière Suntori. 有时候我喝 青岛啤酒,有时候我喝Suntory 啤酒.»
  • «La bière française est plus chère que la bière chinoise. 法国啤酒比中国啤酒贵。»
  • «Parce qu’il n’y a plus de bière dans le frigo, moi et mes potes ont va au bar. 因为冰箱里没有啤酒,所以我和朋友们一起去酒吧。»
  • «Dans l’avion de Pékin à Shanghai, on a le temps de boire combien de bière ? 从北京到上海坐飞机,有时候喝多少啤酒?»
  • «Boire de la bière est très bon pour la santé. 喝啤酒对身体很有好处。»

Jusqu’à un récent (et déjà mythique) « je pense encore que la dernière fois que j’ai bu trop de bière, j’ai vu un éléphant rose. 我还是觉得我醉了的时候, 我看了一只玫瑰红的大象。 » La prof s’est demandé pendant un moment ce que je voulais dire par là, et même après plusieurs tentatives d’explication en anglais, je ne suis pas sûr qu’elle ait compris les subtilités de cette expression française…

On pirate aussi les dialogues. Un exercice sur le thème «comparer Pékin et Shanghai» s’est terminé en «comparaison des bars français et des bars chinois»,un autre sur le thème « j’arrive en retard à un rendez vous » aurait pu s’appeler « désolé, j’étais au bar avec des potes »… Et le dialogue « je vais acheter des fruits » de ce matin s’est transformé en « il nous faut quoi pour faire du punch ? ». Je suis plutôt content de moi, d'ailleurs: en un texte, j'ai réussi à placer bière, punch, rhum, hard drink, soft drink, gros buveur et ivrogne (酒鬼/jui gui, c'est à dire "fantôme d'alcool", pour ceux que ça intéresse). Ça à fait rire la prof, qui m'a ensuite félicité.

Comme d'hab.
pijiu2

Parce que mine de rien, ça marche. C'est fou le nombre de phrases que l'on peut faire avec bière. Du coup, je suis l'un de ceux qui parlent le plus en cours. Comme quoi, boire de la bière aide à avoir des bonnes notes (et en plus, ça permet d'économiser l'eau).

PS: pour la morale et pour rassurer ma Môman: l'abus d'alcool est dangereux pour la santé, consommer avec modération même si des fois ça fait du bien, et perso, j'ai du boire maximum cinq fois de le bière et une fois du vin, depuis que je suis en Chine...

lundi 17 septembre 2007

C'est la rentrée

cours1

Les cours ont repris depuis la semaine dernière déjà, à petite vitesse. Cette semaine on entre dans le concret. Y'a du boulot...
Le résumé de Hangzhou viendra plus tard, pour l'instant faut que je révise, j'ai une dictée de chinois demain !

jeudi 30 août 2007

Premiers jours

Enfin en Chine ! Et enfin un post sur ce blog, après plusieurs jours de silence. Les premiers jours ont été chargés, et internet n’a été installé dans l’appartement qu’aujourd’hui. Du coup, un post (très) long, pour vous donner des nouvelles et des premières impressions en vrac.

Appart
D’abord oui, j’ai un appart, plutot sympa d’ailleurs, trouvé par Steven, un de mes deux collocs. Il est en Chine depuis un mois, parle déjà pas trop mal chinois, et nous a trouvé un appart de 140 m2 au rez-de-chaussé d’une énorme tour, dans un espèce de petit quartier privé. A l’exterieur de l’appart, il y a plusieurs tours du même genre, avec des petites rues privées dans lesquelles patrouillent des gardes. Autour de tout ça, un mur, et des portails avec des gardes qui surveillent les entrées et sorties. Une bonne petite propriété pour chinois un peu aisé, quoi. Quand à l’appart en lui-même, une petite vidéo suivra plus tard, ça vaut mieux qu’un long discours. Y'aura ausi des photos, normalement, quand internet voudra bien les charger...

Climat

Question température, c’est bien chaud et humide, (un peu comme en Floride), mais passé les deux premiers jours ou on transpire toute sa graisse d’occidentale à porter sa valise, on s’habitue. Les clims marchent à fond un peu partout, et beaucoup sont en mauvais état. De l’extérieur, c’est parfois un vrai désastre écologique : le liquide de refroidissement goute dans les rues, depuis les clims fixées aux murs de la ville.

Shanghai

Sinon, Shanghai est une des villes les plus actives de Chine. Des quartiers ultra modernes (que j’ai à peine vu pour l’instant) et d’autres plus anciens. Chang Ning district, ou je suis, fait parti des anciens. Du coup, les résidences privées comme celles dans laquelle on vit côtoient des ruelles ou les conditions de vie peuvent faire peur à voir. Exemple avec notre appart: à environ 6 mètres de la fenêtre de notre cuisine, derrière un mur surmonté de barbelés et des gardes privés, commence la Chine des pauvres : une minuscule ruelle plutôt sale, genre bidonville. C’est aussi ça la Chine : des contrastes assez énormes entre riches et pauvres.

Nourriture

Côté nourriture, on a adopté les plats chinois, avec un bémol pour le petit déjeuner, qui reste assez français : lait, céréales… Et pastèque, aussi. Pour les autres repas, on teste toutes les petites gargotes du coin l’une après l’autre. Le plus dur reste de déchiffrer le menu. Pour l’instant, même si je reconnaît quelques caractères, j’ai toujours un moment de surprise quand je vois arriver mon plat (Ha bon, c‘est ça que j’ai commandé ?). Mais la plupart du temps, c’est quand même très bon. Je n’ai pas encore testé les plats les plus exotiques (mais bon, j’ai quand même vu des crapauds géants vivants en ventre au rayon poissonnerie du Carrefour local).

Coût de la vie

L’avantage des petits restos de quartiers, c’est le prix : moins d’un euro pour un repas, en général. Pour le reste, le métro coûte 40 centimes d’euro, les taxis ne sont pas chers non plus, les produits courants ne sont pas chers du tout, comparé à la France, et dans beaucoup de petites échoppes, on peut négocier les prix à la baisse (c’est même fortement conseillé si on ne veut pas se faire arnaquer).

Langue

Le Chinois rentre peu à peu, même s’il y a du boulot. Pour l’instant, les phrases les plus utiles sont « Keyi ban wo yi xia ? » (« Par pitié, aider moi, je suis completement paumé ») et « Ting bu dong » (« Oui, oui, je t’entends, mais je pige pas un mot de ce que tu essaye de me dire »). C’est peu, mais c’est le minimum vital. Pour l’instant, ça suffit (presque).

page 2 de 2 -