Papiers de Chine

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 17 septembre 2007

C'est la rentrée

cours1

Les cours ont repris depuis la semaine dernière déjà, à petite vitesse. Cette semaine on entre dans le concret. Y'a du boulot...
Le résumé de Hangzhou viendra plus tard, pour l'instant faut que je révise, j'ai une dictée de chinois demain !

mardi 11 septembre 2007

Shanghai Bicycle

Un jour, je créerai un jeu vidéo, et je l’appellerai Shanghai Bicycle.

On y jouera un livreur de nourriture chinoise qui doit traverser la ville sur son vélo le plus vite possible, ou un vieux papy qui tente de survivre au milieu des voitures avec son engin hors d’âge. Il faudra foncer dans la circulation, prendre les pistes cyclables à l’envers, monter sur les trottoirs et slalomer entre les piétons, éviter de se faire prendre dans le peloton des autres vélos, faire gaffe aux scooters, aux voitures, aux taxis, aux bus et aux camions qui conduisent tous n’importe comment, se baisser pour passer sous le linge qui séche sur le trottoir, passer par-dessus les voitures garées au milieu des pistes cyclables, ne pas déraper sur les rats écrasés… Tout un programme.

velo1

On pourra aussi choper des bonus : casquette ou bob pour ne pas mourir d’insolation (voir photo), lunettes de soleil (voir photo), masque pour ne pas mourir asphyxié (photo, toujours), tongs parce que c’est la classe (Oui oui, elles sont aussi sur la photo), cape de pluie pour faire marin pécheur breton (faudra attendre une autre photo pour ça), et surtout des klaxons, de plus en plus gros, pour être sûr que tout le monde nous repère.

Mais pour l’instant, je me contente de mon engin acheté 27 euros à la boutique du coin, et de sa petite sonnette ridicule. Les vélos chinois sont plutôt confortables, limite un peu trop. Un seul plateau, une seule vitesse sur nos modèles de base. A peu près impossible de se fatiguer sur une telle machine. Quasi-impossible aussi d’aller vite. Mais vu la circulation un peu chaotique de Shanghai, c’est aussi bien. Dans cette ville, le code de la route n’existe pas vraiment, on se contente de ne pas rester sur le chemin du type qui a le plus gros klaxon, et en général tout se passe bien.

La bonne nouvelle, c’est que pour les vélos, il y a quand même pas mal de pistes cyclables, et qu’une fois les bons chemins repérés, y’a pas grand risques à pédaler ici. Faut juste éviter les heures de pointe. Pour les moyennes distance, pédaler fait quand même gagner pas mal de temps, et fait économiser de l’argent.

Bon, ça ne vaut pas une Ford Mustang Rouge, mais c’est déjà ça.

dimanche 9 septembre 2007

Téléphone rose communiste

téléphone rouge clair

“Hello, to have the sex, please press the X button. “
Depuis qu’on nous a installé le téléphone, on a parfois des coups de fils en chinois auxquels on ne comprend goutte, mais qui ne sont manifestement pas important. De la pub, sûrement. Pour quoi? Mystère. Le seul problème, c’est que parfois ils tombent à 1h du mat (bon, ça va, on est pas encore couché) ou à 6 h du matin (bon, tant pis, fallait que je me lève de toute façon). On n’y comprenais vraiment rien jusqu’à ce que j’en ai un en anglais, dans lequel j’ai compris la phrase ci-dessus.
Apparemment, ce genre de proposition est courant pour les étrangers qui se baladent en Chine en logeant à l’hôtel. Seul solution pour les éviter : débrancher le téléphone.

(Photo prise dans l’appart d’Anais, Roxanne et Julie, ou le propriétaire (ou le précédent locataire) a laissé traîner une collection de briquets kitschs, dont celui-ci, de très bon goût.)

- page 2 de 4 -